FORD MODÈLE T RUNABOUT 1915.

Ecrit par René St-Cyr | 2017-06-22

article-image

La Ford T a été tellement populaire, et ce, au cours de plusieurs décennies, que dans l’esprit des non-initiés, elle est perçue comme étant la seule automobile produite par la compagnie Ford.  En fait, la compagnie Ford, fondée en juin 1903, était devenue l’une des plus grosses compagnies d’automobiles, au monde, quand la Ford T fut présentée au public.

Cette nouvelle Ford T, était la synthèse de toutes les meilleures qualités de tous les premiers modèles déjà produits par la compagnie Ford, à cette date, doublée des nouveaux avancés en mécanique qui changeront, pour toujours le monde de l’automobile.  Parmi les plus notables, nous pouvons citer le moteur, coulé en un bloc, la culasse amovible, le volant fixé à la gauche de l’auto.  Ces trois, idées furent copiées, par les autres marques d’automobiles, pour devenir la norme, du moins, en Amérique du Nord, en ce qui regarde le volant à gauche.

La Ford Modèle T fut mise en vente en octobre 1908, en tant que modèle 1909.  Les prix de vente furent fixés de 825,00 $ à 1 000,00 $ FOB Détroit.  Ceux qui voulaient se payer le luxe d’un toit, d’un parebrise et de deux phares à l’avant devaient payer un supplément.  Des prix de vente aussi bas faisaient rager les autres constructeurs d’automobiles.  Toutefois, ces prix répondaient à la philosophie de Henry Ford, qui proclamait à qui voulait l’entendre qu’il voulait construire une voiture à prix raisonnable, pour la multitude. 

Avec l’arrivée de la Ford T, Henry Ford en profita pour bonifier le nombre de carrosseries offertes à ses futurs clients, en établissant une gamme de modèles, selon leur valeur intrinsèque.  Dans les catalogues de ventes se trouvaient la Touring, la Runabout, aussi nommée Roadster Commercial, la Coupée, la Town Car et la Landaulet.  

La Touring et la Runabout furent les plus populaires, avec des prix de vente fixés à 650,00 $ pour la Runabout et à 700,00 $ pour la Touring, ou 950,00 $ si vous décidiez de l’habiller avec un toit et un parebrise.  La Runabout était aussi polyvalente que le légendaire couteau suisse.  Elle pouvait être convertie en camionnette, en plateforme, ou, si vous y fixiez un troisième siège, à l’arrière, elle devenait une voiture de tourisme, à trois sièges.

Lors du lancement de la Ford T, plusieurs couleurs étaient offertes.  Les Touring étaient peintes en rouges, au début, pour devenir vertes plus tard.  Les Roadster étaient grises.  Les ailes étaient de la même couleur que les carrosseries.  Plus tard, elles et les marchepieds devenaient bleues ou noirs.  Ces marchepieds étaient fabriqués en bois.  Plus tard, ils ont été remplacés par des marchepieds en acier embouti.  Les ailes arrière furent modifiées pour recevoir les nouveaux marchepieds.

Comme c’était la façon de faire, à cette époque, les carrosseries étaient construites en tôle, fixées sur une structure de bois.  Henry Ford, pour alimenter ses usines, possédait d’immenses terres à bois, situées au nord de l’état du Michigan.  

Les composantes mécaniques des Ford T étaient fabriquées avec un alliage d’acier et de vanadium.  Ce métal, le vanadium, n’était pas connu, à l’époque, en Amérique du Nord.  Henry Ford, grand amateur de course automobile, assistait, un jour, en tant que spectateur, à une de ces courses.  Il remarqua qu’une Peugeot accidentée était abandonnée le long de la piste de course.  En examinant l’épave, il réalisa que des pièces qui normalement auraient dû être cassées par le choc de l’accident n’étaient que tordues, sans aucune fracture apparente.  Il s’empara donc subrepticement de la pièce.

Il s’empressa de montrer ladite pièce à un métallurgiste, qui après plusieurs recherches identifia la pièce comme étant constituée par un alliage de vanadium.  Ce métal allie légèreté, solidité et flexibilité.  Henry Ford décida, dès ce moment, de construire sa future Ford T avec ce métal.  Cette décision lui permettait de construire une automobile légère, mais aussi robuste que des voitures dont le prix de vente était deux fois plus élevé que celui de sa nouvelle Ford T.

Ce poids léger conjugué à la puissance du nouveau moteur, qui était assez élevé, pour l’époque, faisaient de la Ford T une voiture performante qu’aucune autre de la même catégorie ne pouvait battre.  Son châssis était constitué du même alliage, ce qui lui donnait la flexibilité nécessaire, pour se tordre, sans se briser alors que la voiture circulait sur les chemins défoncés de cette époque.  Sa garde au sol, généreuse, et sa tenue de route bien calibrée faisaient de la Ford T l’une des meilleures routières de son époque.

Des modifications étaient effectuées, au cours de la production.  Par exemple, le système à trois pédales fut ajouté sur l’auto numéro 850.  Les 2 500 premières voitures assemblées ont été scrutées à la loupe, afin de les perfectionner.  Des pièces furent changées ou améliorées, des innovations apportées.  Quand la 2 500e arriva à l’assemblage, en avril 1909, la mise au point de la Ford T était pratiquement terminée.  À partir de cette date, seulement quelques changements mineurs et évolutionnaires lui furent ajoutés.  La même année, au cours du mois de juin 1909, le record de 100 voitures, assemblées en une seule journée, fut atteint.

En 1910, les prix de vente furent augmentés, alors que la nouvelle Comercial Roadster était mise sur le marché, avec un prix de vente, fixé à 650,00 $.  En 1911, les carrosseries en bois étaient remplacées par des carrosseries en acier.  Avec l’arrivée de l’année 1912, une politique de réduction des prix de vente fut mise de l’avant.  Cette politique sera utilisée jusqu’à la fin de la production de la Ford T, en 1927.

L’année 1913 se distinguait par le fait qu’elle fut la dernière année que Ford offrait plusieurs couleurs de peintures, sur les carrosseries.  À partir de cette date, ce fut noir, à prendre ou à laisser.  La raison fut la suivante.  La production ne parvenant pas à répondre à la demande, Henry Ford décida d’utiliser la peinture Black Japan, qui a la propriété de sécher très rapidement, contrairement aux autres sortes de peintures qui prenaient des heures à sécher.  Ainsi, les autos pouvaient sortir plus rapidement des usines pour être expédiées à leur propriétaire qui lui, attendait impatiemment la livraison.

L’année 1914 fut un jalon dans l’histoire de la Ford Motors Company.  Ce fut le début de la véritable production de masse.  Les chaines de montage, appliquées à l’assemblage des automobiles avaient été mises au point en 1913.  Le 14 janvier 1914, elles entraient en service.  La production faisait un bond en avant.  Pour la première fois, elle dépassait le quart de million, avec 300 000 voitures de produites, ce qui généra des profils de 30 millions $, soit 644 000 000 $ aujourd’hui.  Henry Ford partagea ses profits avec ses employés en augmentant leur salaire à 5,00 $, pour huit heures de travail.  Pendant ce temps, les autres constructeurs payaient leurs ouvriers à 2,50 $ ou moins, pour 9 heures de travail.

À la fin de l’année 1915, la compagnie Ford réussissait à vendre un million de voitures.  Le changement le plus visible, apporté à la Ford T, 1915, fut la modification des ailes avant, auxquelles on avait ajouté un déflecteur alors que celles de l’arrière passaient de la ligne linéaire horizontale, pour adopter un profile circulaire, afin de mieux épouser la forme des roues.

Notre vedette, qui appartient à M. Normand Perron, a été assemblée au cours de ces années, alors que la compagnie Ford dominait entièrement le marché de l’automobile, en n’en occupant plus de 50 %.

 

RPBAssurances
pizza-pizza
Assurances-Leclerc
PG Evaluation
Restaurent Bouf Vit
Girard-auto
Rembourrage Longueuil Inc
Atelier de mecanique RM (1979) Inc
Trophees Brisson inc
Harveys-b-

V.A.C.M. le club des vrais collectionneurs de voitures anciennes!