OLDSMOBILE 4-4-2 1968 — 69

Ecrit par René St-Cyr | 2017-08-08

article-image

Au premier coup d’oeil jeté sur sa carrosserie, il était évident que la Oldsmobile  Cutlass, incluant la 4-4-2, avait fait les frais d’une refonte majeure.  Elle n’avait plus aucun lien de parenté avec le dessin des Cutlass 1968.  Sa silhouette était beaucoup plus trapue, plus ramassée.  Son empattement avait été diminué de trois pouces, pour passer à 112 pouces.  Sa longueur hors tout avait été portée à 201,6 pouces.  De plus, l’option 4-4-2 était devenue une Série, pleine et entière.  Cette nouvelle Série était offerte sur les modèles Holiday coupe, sports coupe et décapotable.

L’avant de la voiture était entièrement nouveau.  Ses essuie-glaces étaient bien cachés par le capot.  Ce dernier était décoré par deux panneaux surélevés.  Ses phares doubles étaient encastrés dans la grille de la calandre par deux rectangles.  Un large logo 4-4-2 était fixé au milieu de la calandre.  

L’arrière de la carrosserie avait également été changé.  Le toit était profilé.  Son dessin se rendait jusqu’à l’extrémité du couvercle du coffre.  Le part-choc était imposant, dressé à la verticale.  Il contenait les feux de position et les sorties des tuyaux du système d’échappement double, fixés au parechoc par deux collets.

La majorité de la clientèle de la marque Oldsmobile était composée d’hommes d’un âge certain, pour être poli.  Avec une telle clientèle, dont les folies de jeunesse étaient devenues de lointains souvenirs, le message de la haute performance, que tentait de passer Oldsmobile ne trouvait pas beaucoup d’oreilles attentives.  Les ventes étaient loin d’être extraordinaires. 

Afin de rajeunir sa clientèle, chez Oldsmobile, on lança une campagne publicitaire tous azimuts.  Dans un premier temps, la 4-4-2 fut baptisée Youngmobile.  L’accent fut mis sur l’option Force Air Induction System.  Cette option était offerte depuis 1967.  Elle augmentait la puissance du moteur.  Connu également sous le nom de W-30 Force-Air, ce mécanisme avalait de l’air frais, à l’avant de l’auto, pour, ensuite, l’injecter dans le carburateur.  Pour que le système soit vraiment efficace, il devait être accompagné de quelques modifications internes, apportées au moteur, telles que changer les culasses et l’arbre à cames.  Le moteur, ainsi modifié, voyait sa puissance augmenter de 10 ch de plus.

Le moteur V-8 Rocket, quand il était jumelé à la transmission Turbo Hydra-Matic avait une puissance de seulement 325 ch.  Plus bas dans l’échelle se trouvait le moteur L65 Turnpike Cruising de 290 ch.  Il était alimenté par un carburateur à deux corps, consommant de l’essence régulière, avec le taux de compression diminué à 9:1.  Ainsi alimentée, la consommation d’essence était moins catastrophique que celle des autres moteurs, plus puissants.  Par contre, ainsi motorisée, l’image de la puissance légendaire de la 4-4-2 était diluée.

Dans sa publicité, Oldsmobile passait sous silence le fait que le moteur des 4-4-2, 1968, n’était pas le même que celui qui motorisait les premières 4-4-2.  Sa cylindrée était la même, cependant, soit 400 p. c.  La transmission manuelle à quatre rapports ainsi que la manuelle à trois rapports étaient munies d‘un levier de commande de marque Hurst.  La tenue de route était assistée par une suspension plus robuste et des barres stabilisatrices, à l’avant et à l’arrière.  La 4-4-2, était montée sur des pneus Wide-Oval F70 X14 Red Liner.  Des roues imitant des roues de broche ou des roues de type compétition étaient sur la liste des options, tout comme un rapport de pont de 4,46: 1.

Toujours sur la liste des options se retrouvaient un allumage électronique, une planche de bord Rally-Pac, comprenant un tachymètre et un cadran électrique, en plus des instruments de bord réguliers.  L’ensemble Force-Air incluait une décalcomanie de type Rally.  Par ailleurs, cette décalcomanie pouvait être commandée individuellement.

Les chroniqueurs de l’époque eurent tôt fait d’examiner la 4-4-2 sous toutes ses soudures.  Les journalistes de la revue CARS la nommèrent la voiture la plus performante de l’année.  Les journalistes de la revue Motor Trend exécutèrent une foule de tests sur route, avec des résultats en accélération de 0 à 60 m/h en 6,7 secondes, avec une Oldsmobile 4-4-2, 1968, motorisée par le V-8 400 de 350 ch.  Le quart de mille se franchissait en 15,3 secondes, à 95 m/h.

Des changements esthétiques furent apportés aux modèles 1969.  Le capot avait un air encore plus agressif, avec le sigle 4-4-2 bien visible, sur la large section du devant du capot.  Cette section séparait la calandre en deux sections.  Ce dessin du devant de ces Oldsmobile fut utilisé, jusque dans les années 1990.  Le sigle 4-4-2 était également fixé sur les côtés et sur le couvercle du coffre arrière.

La publicité claironnait que la Oldsmobile 4-4-2, 1989 était tellement performante qu’elle faisait paraitre les autres marques insipides, sur la route.  Elle était motorisée par le V-8 400 offert en trois versions, soit à 325 ch, 350 ch, et 360 ch.  Quand la transmission Turbo Hidra-Matic était utilisée, la version de 325 ch était utilisée.

La version Turnpike Cruising, que certains nommaient émasculée, fut retirée de la liste des options, après y avoir figuré que pendant seulement un an.  L’option Force-Air était toutefois de retour.  Ceux qui osaient choisir cette option se retrouvaient avec la plus grosse entrée d’air de l’industrie, avec plus de 26 pouces carrés.  Très peu d’insectes pouvaient y échapper.  Cette option incluait également un système d’échappement double, ainsi que deux bandes décoratives sur le capot.

L’option Force-Air Induction était également offerte sur les Cutlass et sur les F-85, qui composaient le groupe connu sous le vocable W-Machines.  Oldsmobile insistait lourdement sur le fait que ces moteurs étaient ce qui se rapprochaient le plus des moteurs construits pour la course.

Avec son capot surélevé et sa décalcomanie aux couleurs contrastantes, les 4-4-2 de la fin des années soixante avaient une apparence quelque peu extravagante.  Par ailleurs, elles étaient assez performantes pour imposer leur présence sur les routes.

Comme le laissait entendre la publicité; avoir une 4-4-2 permettait de s’échapper de l’ordinaire.

Ceux qui voulaient personnaliser leur Oldsmobile 4-4-2 avaient une liste d’options très complète, qui débutait avec des roues de broche en inox, un vaste choix de rapports de pont et une foule de gadgets capable de répondre aux désirs de chacun.

La Oldsmobile 4-4-2 avait des prix de vente assez costaux.  En 1968, les prix de vente de la Sports Coupe débutaient à 3 688,00 $, la Holiday Coupe, à 3 775,00 $, la décapotable à 4 027,00 $.  Les prix augmentèrent encore, en 1969, pour être fixés à 3 775,00 $, pour la Sports Coupe, 3 864,00 $ pour la Holiday Coupe et à 4 089,00 $ pour la décapotable.  Comme d’habitude, les mêmes modèles se vendaient, en moyenne, environ 700,00 $ de moins, aux

Trophees Brisson inc
Assurances-Leclerc
PG Evaluation
Mario Boies inc
Atelier de mecanique RM (1979) Inc
Caisse-populaire-desjardins
Gilman Sons
Ascenseurs Viau Inc
CineMobile
RPBAssurances

V.A.C.M. le club des vrais collectionneurs de voitures anciennes!