RAMBLER S/C RAMBLER 1969

Ecrit par René St-Cyr | 2017-12-29

article-image

Quand une compagnie telle qu’American Motors, avec un volume de vente tirant souvent vers le bas, se lance dans la fabrication d’une automobile à hautes performances, les sceptiques trouvèrent la décision farfelue, mais ne demandèrent quand même rien de moins que d’être confondus.

La nouvelle SC/Rambler avait été inspirée, par la Road Runner de Plymouth.  Le concept était le même, alors que son prix de vente se situait au même niveau, soit plus ou moins 3 000.00 $

Le moteur utilisé était le nouveau V-8 390.  Ce moteur était en fait un V-8 de 387 p.c., dont les cylindres avaient été alésés.  Grâce à sa nouvelle cylindrée, sa puissance avait été portée à 315 ch. 

La transmission manuelle à quatre rapports était équipée d’une tringle Hurst et d’un différentiel auto bloquant, avec un rapport de pont de 3.54 : 1.  À ces équipements s’ajoutaient la suspension et la pédale d’embrayage de type robuste, le volant direct, en grain de bois, un tachymètre, un système d’échappement double, avec des silencieux, bourrés de fibres de verre et une entrée d’air, sur le capot.  La SC/Rambler était montée sur des pneus GoodYear Polyglas.  Le capot était décoré de l’entrée d’air nommée plus haut et de deux attaches chromées, pour le retenir en place.  À l’extérieur, deux rétroviseurs, un de chaque côté, étaient fixés sur les portières.  La peinture de l’extérieur la plus populaire était une combinaison des couleurs bleues, blanches et rouges.

L’intérieur était confectionné en vinyle, tout comme les sièges baquets.  La carrosserie, à toit rigide utilisée, était celle empruntée à la Rambler Rogue, qui avait été dessinée par Dick Teague, pour la Rambler America.  Dans sa publicité, AMC, soulignait, le fait que le prix de vente de la SC/Rambler était une aubaine, car ce prix incluait toutes les options nécessaires à la voiture, en ajoutant qu’aucun autre équipement n’était inclus, ni permis.

Pour ceux qui étaient habitués à rouler avec des Rambler économiques à l’allure austère, l’arrivée de SC/Rambler fut un choc.  Quand Dick Teague avait dessiné la carrosserie, il s’était assuré que ceux qui la verraient étaient, pour immédiatement, reconnaitre la SC/Rambler, comme étant une Rambler avec une grosse différence.  Avec ses trois couleurs voyantes, sa grille de calandre noire, son entrée d’air, proéminente, sur le capot et ses pneus décorés d’une ligne rouge, sur des jantes chromées, elle ne passait pas inaperçue.

Hurst avait participé à la construction de la SC/Rambler.  Ainsi, Hurst avait participé à la présentation de la nouvelle Rambler au public, le 13 février 1969.  La production, au début, avait été fixée à 500 exemplaires.  C’était le nombre requis pour que la voiture soit homologuée par la National Hot Rod Association, dans la classe F/Stock.  Dans cette classe, elle devait se mesurer aux Cuda 340, aux W-31, Oldsmobile 4-4-2, etc..  La réception de la SC/Rambler fut tellement bonne, que les gestionnaires chez AMC décidèrent de continuer la production, jusqu’à ce que les ventes cessent, soit après que 1 512 voitures aient trouvé preneurs.  Au cours de la production, quelques changements furent apportés, tels que différentes couleurs, des changements à l’entrée d’air.  Mais le concept de base demeura, soit une carrosserie peinte en blanc, décorée par les côtés de la voiture peints en rouge, limités par des bandes noires, alors que le capot, le toit, et le couvercle du coffre étaient décorés d’une bande bleue.  La bande bleue, sur le capot, en forme de flèche, pointait vers l’entrée d’air.  L’identification de la cylindrée du moteur apparaissait sur cette bande, soit 390 CU. IN. Pour cubic inches.

Le même montage des couleurs, rouge, blanc et bleu se retrouvait également à l’intérieur de l’habitacle confectionné en vinyle de couleur grise.

La publicité de AMC présentait la SC/Rambler comme étant la voiture construite pour l’automobiliste qui désirait une automobile avec un niveau de performance supérieur à la moyenne, des autres voitures circulant sur les routes nord-américaines, avec en prime une apparence différente de celle des millions d’autres autos circulant sur les mêmes routes, sans avoir le temps et l’argent de la modifier lui-même.

Une autre publicité posait la question suivante.  Imaginez-vous le scepticisme, qui apparaitra sur le visage de vos amis, qui seront confondus, de constater que votre SC/Rambler peut parcourir le quart de mille en moins de 14 secondes, à 98 m/h, alors que la voiture arrive directement de la salle d’exposition du concessionnaire, sans préparations.  Car avec une bonne préparation, elle pouvait parcourir le même quart de mille en 12 secondes.

Le plus ironique de cette publicité est qu’elle provenait d’AMC, qui à peine une décennie plus tôt publiait des diatribes ridiculisant la course au cheval-vapeur provenant des autres constructeurs d’automobiles, tout en se vantant de produire des automobiles de grosseur raisonnable, avec une économie d’essence responsable.

Il faut croire que le contexte avait changé...  La dichotomie entre l’ancienne AMC et la nouvelle AMC était tellement grande, qu’elle portait plusieurs observateurs à douter que la SC/Rambler était aussi performante que ses spécifications le laissaient entendre.  Ces derniers avaient tort, car ses performances étaient formidables.  

Des journalistes des revues spécialisées en automobiles prouvèrent qu’AMC avait raison avec des accélérations de 0 à 98 mh, en 14,2 secondes.  Les sous attendus émis par AMC, indiquant que la SC/Rambler pouvait parcourir le même quart de mille en 12 secondes, furent également confirmés.  Toutefois, pour réussir cet exploit, quelques modifications furent apportées au moteur.  Par exemple, l’arbre à cames fut changé, la tubulure d’admission céda sa place à une tubulure Edelbrook, un carburateur Holley installé, le distributeur fut modifié, des pneus lisses, de marque Goodyear furent installés, sur les jantes.  La SC/Rambler modifiée effectua cinq accélérations sur la piste du quart de milles, toutes, sous les 12 secondes.  Les deux dernières donnèrent comme résultat 12,69 secondes à 110,5 m/h et 12,67 secondes, à 109,99 m/h, respectivement.  Une autre SC/Rambler fut modifiée, plus tard.  Avec l’achat de seulement 1 500, 00 $ de pièces, pour la modifier, elle parcourait le quart de mille en 12,30 secondes, à 112 m/h, à longueur de journée.

La SC/Rambler avait permis à la petite et humble Rambler American de disparaitre en pleine gloire de la haute performance.

 

Harveys-b-
Restaurent Bouf Vit
Caisse-populaire-desjardins
Atelier de mecanique RM (1979) Inc
pizza-pizza
Ascenseurs Viau Inc
Trophees Brisson inc
Mario Boies inc
Gilman Sons
Rembourrage Longueuil Inc

V.A.C.M. le club des vrais collectionneurs de voitures anciennes!