MORGAN+8 1968

Ecrit par René St-Cyr | 2018-07-28

article-image

Les Britanniques sont ceux, qui indubitablement ont inventé la voiture sport, et ce, pratiquement au tout début de l’histoire des véhicules à moteur.  Notre vedette fait partie de cette branche de l’histoire de l’automobile.  Son dessin a si peu changé, au cours des ans que certains plaisantins la mentionnent comme étant la dernière voiture ancienne fabriquée aujourd’hui.  Cette blague est teintée de beaucoup d’exagération, mais, chose certaine, la Morgane affiche un dessin  nettement inspiré de celui des années trente.  Par ailleurs, sa mécanique a toujours été à la fine pointe de la technologie.  Par contre, sa carrosserie, son châssis et sa suspension, ainsi que les moyens utilisés pour la construire, sont nettement exécutés comme ils l’étaient à la  belle époque.

La conception de la Morgane Plus 8, avait été confiée à Maurice Owen, un ingénieur choisi spécifiquement pour mener à bien cette aventure.  Pour entreprendre la construction de la voiture, un châssis de la Plus 4 fut utilisé.  Ce châssis fut modifié pour pouvoir recevoir le moteur V-8 construit avec un alliage d’aluminium.  Ce petit moteur V-8 fut construit par Buick et Oldsmobile, au cours des années soixante, mais acheté par Rover, en 1967 .  Ce petit moteur V-8 était coulé en aluminium.  Sa cylindrée était de 215 p.c. ou 3,5 litres et sa puissance de 155 ch.  Sa puissance avait été augmentée à 184 ch, pour la Morgan+8. 

La puissance du moteur était transférée aux roues arrière par le biais d’une boîte de vitesses Moss, vers l’essieu Salisbury 7HA au différentiel.  La Morgan+8, ainsi motorisée, pouvait atteindre des pointes de 220 k/h et fournissait des accélérations à la mesure.  Toutefois, ses passagers étaient traités à la dure, sans aucune protection contre les intempéries, la pluie, le soleil, le bruit du vent, etc.

Les Morgan avaient toujours été construites dans la même usine, à Malverne Linck, sous la supervision de la famille Morgan. Jusqu’en 1936.  Les Morgan de cette époque étaient de véhicule à trois roues, avec une seule roue motrice, à l’arrière.  Leur production continua jusqu’aux années vingt.  La première Morgan à quatre roues, nommée la 4/4 faisait son entrée sur le marché, en 1936.  Elle était semblable aux Morgan de l’époque, comme elle l’est à celles d’aujourd’hui. La suspension avant d’aujourd’hui était déjà en place.  D’ailleurs, elle était déjà sur les tricycles Morgan 1910.  Pourquoi changer quand ça fait le travail ?  Il en va de même pour les longerons en forme de Z du châssis.  La carrosserie se réduisait en une tôle formée sur un cadre en bois de frêne.

Les moteurs des premières 4/4 étaient des Ford, à soupapes latérales .  Les autres moteurs, utilisés avant la guerre étaient des Coventry Climax 1100, à admission en tête et échappement latéral et le Standard Ten d’une cylindrée de 1267 c. c. , en version avec les soupapes en tête. Après la guerre, ce moteur fut utilisé quelque temps.  Mais, quand Standard décida de conserver un seul moteur, il était devenu évident que Morgan devait se chercher une autre source, pour se procurer des moteurs.  Mais, grâce à ses bons rapports avec Standard, il fut décidé d’augmenter la cylindrée de la 4/4 afin d’utiliser le quatre cylindres d’une cylindrée  2088 c. c. de la Vanguard, avec une boîte de vitesse Moss.  La nouvelle biplace fut baptisée la Plus 4.  Elle fut lancée, en 1950.  Elle se bâtit rapidement une réputation, lors des compétitions.  Elle était beaucoup plus rapide que la 4/4.

 

Le châssis fut modifié, à nouveau, en 1973, afin de laisser de la place pour la boîte de vitesses, puis c’était au tour de la carrosserie d’être élargie, en 1976, afin de contenir le châssis qui avait été élargi.  Les ailes subissaient le même traitement, afin de contenir les nouveaux pneus plus larges nécessaires à améliorer la tenue de route, car la voiture allait de plus en plus vite avec ce nouveau moteur, plus puissant.  Elle avait donc besoin de plus d’adhérence, sur les pistes de course.  Car en fait, la puissance avait plus que doublé depuis l’époque du moteur Standard.  

La version originale de la Plus 8 fut présentée, en 1968.  Elle mesurait 57 pouces de large, alors que la dernière version mesurait  64 pouces de large.  Une carrosserie large de 67 pouces était offerte, en option.  Pendant plusieurs années, au cours des années soixante, la Morgan Plus 8 était la voiture avec l’accélération la plus rapide, en Angleterre.

Pour marquer les trente cinquièmes anniversaires de la Plus 8, Morgan Motors présenta une version 35e Anniversaire, en 2003.  À la suite de la fin de la production du moteur V8 Rover, la fabrication de la Plus 8 cessa, en 2004.  Une nouvelle version de la Plus 8, motorisée par le moteur V 8 de BMW dont la cylindrée est de 4, 8 litres fut présentée, en 2012, au Salon de l’auto tenu à Genève.  Lors du même salon Morgan présenta une nouvelle version de la Plus 8 Roadster, motorisée par un moteur électrique.  En 2014, Morgan annonçait une édition limitée à 60 exemplaires de la Plus 8.  Sur ces versions, le toit était remplacé par un filet et des arceaux de sécurité derrière les sièges avant. Présentées comme des modèles d’entrée de gamme, ces Plus 8 affichaient un prix de vente fixé à 69,999 livres.

Pendant près de deux décennies, le marché nord-américain absorbait pratiquement toute la production de Morgan.  De 1950 à 1960, l’Amérique du Nord représentait le marché à satisfaire, car à la même période, l’Europe s’était pratiquement désintéressée de la marque Morgan.  Cette période prenait fin, avec la promulgation de nombreuses lois et règlements  concernant les nouvelles normes anti pollution.  Heureusement, pour Morgan, la faillite de la +4+ et l’arrivée de la puissante Plus 8, ranimait l’intérêt des Européens pour les Morgan.  En Amérique, il fallait trouver une façon de continuer à importer les Morgan, après 1974.  De 1974 à 1992, toutes les Morgan, qui arrivaient en Amérique, dont environ 98% étaient des Plus 8, elles arrivaient chez le concessionnaire, elles étaient modifiées, pour fonctionner  avec du gaz propane, en tant que carburant, pour ainsi répondre aux  normes nord-américaines. Quand le groupe Rover re certifiait ses moteurs V-8 de ses Range Rover comme étant conformes aux normes nord-américaines, Morgan assemblait une Plus 8 fonctionnant à l’essence, avec le même moteur, sous les mêmes conditions, avec les mêmes instruments anti pollution et de la tester.  Roulement de tambours: Voici une Morgan propre propre. 

Cependant, les lois antipollutions continuaient à se durcir, pour justement arrêter ces petits tours de magie.  En 2006, Morgan fut dans l’impossibilité de réussir les tests.  Elle demanda une exemption pour les coussins gonflables, ce qui lui fut refusé.  L’importation à grand volume des Morgan cessait à cette date.

Notre vedette, qui appartient à M. Michel Hamel est une Morgan+ 8, 1968, qui est l’une des 45 Morgane à avoir participé  au Rally Land end Trial.

 

SalonGathier
Assurances-Leclerc
Ascenseurs Viau Inc
Gilman Sons
PG Evaluation
Atelier de mecanique RM (1979) Inc
CineMobile
Girard-auto
Caisse-populaire-desjardins
RPBAssurances

V.A.C.M. le club des vrais collectionneurs de voitures anciennes!